Sur le campus niçois de l’EDHEC Business school, Jeudi 22 mars a eu lieu la 4eme édition de la Rencontre Grands Témoins sur le thème de "L’intelligence émotionnelle à l’heure de l’intelligence artificielle"

Des experts se sont succédés à la tribune comme le Docteur Patrick Mesters, Fondateur de l’European Institute For Intervention and Research on Burn Out et le diplomate Hubert Petit, une table ronde a suivi animée par le philosophe Philippe Belardi avec Fabienne Gastaud Directrice Générale de la société WIT, Olivier Marsal Directeur Industriel d’HERMES pour examiner de nouvelles conduites managériales à tenir dans environnement en mutation permanente et face à la révolution digitale des activités. Etre manager aujourd’hui c’est accompagner des projets collectifs et globaux incarnés par des femmes et des hommes mais aussi gérer des algorithmes, des robots, des machines. Que reste-il au manager noyé dans la complexité, dans l’impossibilité d’avoir une compréhension pertinente, dans l’impossibilité de "pouvoir tout savoir, tout contrôler" que cette formidable intelligence émotionnelle qui inspire son équipe à partager, à interagir pour mener un projet, réaliser un idéal ?

"Dans notre Cycle Supérieur de Management, dépasser l’opposition entre l’homme et le digital est une étape importante. Imaginer de nouvelles alliances entre l’Humain et la machine où chacun dans ses complémentarités porte les enjeux sociétaux et économiques actuels, sans complexe et conscients des problématiques économiques et éthiques est un objectif important de ce cursus!"
Stefan Crisan Directeurs Délégué EDHEC Executive.

"Nous ne sommes pas égaux en matière d’intelligence émotionnelle, certains sont plus disposés que d’autres pour être plus emphatiques, mais en coaching on peut progresser sur ces sujets : un travail à faire sur ses croyances, accepter l’intolérance et revoir sa vision du monde", Patrick Mesters.

Si dans un cadre donné on laisse de l’autonomie aux individus dans l’organisation du travail on diminue le stress des individus et le risque d’épuisement professionnel, c’est la qualité du lien entre les membres de l’équipe qui est importante.  

"Les entreprises comme Michelin ou Hermès sont organisées en silos par métiers, et les gens sont engagés s’ils sont autonomes, c’est-à-dire s’ils sont capables de définir la manière de s’organiser aussi de façon transversale et convaincus d’apprendre et de gagner en reconnaissance c’est le "cycle tranquille de la dignité humaine", Olivier Marsal.

Les individus ne sont pas égaux en matière d’intelligence émotionnelle, certains sont plus disposés que d’autres pour être plus emphatiques, mais en coaching on peut travailler et progresser sur ces sujets : un travail à faire sur les croyances, accepter l’intolérance, et progresser sur la vision du monde : Le leader empathique va faire la différence parce que le soutien de l’individu dans l’équipe est essentiel. "Il faut arriver à faire "oser" les équipes, le manager est l’entraineur", Fabienne Gastaud

La rencontre Grands témoins a été suivie par la prestigieuse cérémonie de remise de Diplômes du Cycle Supérieur de Management (CSM). Benoit Arnaud Directeur de l’EDHEC Executive a remis leur diplôme aux 44 nouveaux diplômés et leur a rappelé qu’ils rejoignaient le réseau des anciens du CSM

"Aujourd’hui plus de 700 diplômés ont suivi cette formation depuis sa création qui est placée sous le signe de l’impact, grâce à "une remise en compte perpétuelle et permanente", le CSM vous permet d’avoir à votre tour un impact positif sur votre environnement. Grâce à un parcours intense de transformation professionnelle et personnelle, nous vous aidons à renforcer votre leadership et à penser de manière disruptive…"

Pour en savoir plus sur le Cycle Supérieur de Management (CSM) de l’EDHEC, n’hésitez pas à nous contacter : executive-csm@edhec.edu.